Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Toutes les dissertations

Qu'est-ce qu'un épicurien ?

C'est un disciple d'Epicure; ce philosophe (341-270 av. J.-C.) professe une doctrine orientée vers la recherche du bonheur par la recherche du plaisir et la diminution de la douleur. Il fonde sa morale sur la physique de Démocrite : tout n'est que matière, et l'âme elle-même n'est qu'un composé d'atomes très fins, très subtils dont l'assemblage est éphémère...

3 pages - 1,80 €

Qu'est-ce qu'un sophiste ?

On les connaît d'autant plus mal qu'il ne reste pratiquement rien de leurs oeuvres. Ce sont des professionnels du savoir mais s'ils se définissaient eux-mêmes comme des maîtres de la parole, certains se spécialisaient davantage dans la rhétorique (comme Gorgias), d'autres dans la politique (comme Protagoras) et d'autres encore dans la philosophie. Comme le remarque Jacqueline de Romilly...

2 pages - 1,80 €

L'histoire des religions

Le célèbre mythologue Mircea Eliade et le non moins illustre romancier Vercors, dans ses Animaux dénaturés, définissent l'homme comme l'animal religieux. En fait, il semble que l'homme acquière sa dimension proprement humaine en développant une approche métaphysique du réel alors même qu'il éprouve la crainte de la mort et le désir de trouver des repères dans le monde...

3 pages - 1,80 €

"L'histoire de la science est inséparable des mythes qui l'accompagnent et semblent la contredire" (Jean-Paul Dollé)

Dans son De natura rerum, le poète latin Lucrèce réduit les mythes à de simples projections des angoisses de l'homme hanté par son obsession de la finitude. Il dénonce le pouvoir mystificateur de l'esprit affronté aux mystères de l'univers et montre que l'homme cherche à se masquer sa propre angoisse du devenir en la projetant sur des figures...

4 pages - 1,80 €

Le mythe du Bon Sauvage (analyse et critique)

En fait, l'image du « bon sauvage » est liée au concept de primitif. Pour les Grecs anciens, la nature est haïssable ; pour les Romains, déjà - cf. Tacite -, le passé est placé sous le signe de la valeur : la Rome primitive est préférable à la ville décadente. Ainsi s'amorce la constitution du mythe du...

2 pages - 1,80 €

Il faut parier. Blaise Pascal

? Pascal (1623-1662), qui se proposait d'écrire une apologie (c'est-à-dire une défense) du christianisme, ne put mener son projet à terme. Il laissa donc à sa mort une masse de textes plus ou moins classés et plus ou moins élaborés. A côté de notes brèves jetées sur le papier figurent des développements qui ont déjà fait l'objet d'une...

2 pages - 1,80 €

Ecrasons l'infâme ! Voltaire

? Voltaire terminait souvent ses lettres ou ses billets par la formule «Écrasons l'infâme! » parfois écrite en abrégé « Écr. l'inf. ». Cette formule rappelait au destinataire qu'il était enrôlé dans l'armée des Philosophes et qu'avec les encouragements de son commandant en chef Voltaire, il devait continuer à mener « le bon combat ». ? Que recouvrait exactement...

1 page - 1,80 €

... l'homme qui médite est un animal dépravé. Jean-Jacques Rousseau

? Dans le premier Discours, le Discours sur les sciences et les arts (1750), Jean-Jacques Rousseau avait montré que le prétendu progrès de la civilisation avait contribué à rendre l'homme moins bon et moins heureux. Dans le second Discours, le Discours sur l'inégalité (1755), il va plus loin encore dans sa démonstration pour montrer les méfaits du progrès...

2 pages - 1,80 €

Qu'est-ce que rêver selon Freud ?

Pour Freud, le rêve met en images l'expression fruste, non conceptuelle, de l'instinct - souvent sexuel mais pas toujours. Dans un cauchemar, la transcription qui permet de supporter le fantasme deviendrait plus fragile - ce qui provoquerait le réveil car le conscient ne tient à pas à être confronté à ce qu'il nie... ...

1 page - 1,80 €

Peut-on arrêter le progrès ?

La notion de progrès, depuis l'Antiquité, est liée au concept de savoir. On progresserait grâce à ses connaissances et comme les connaissances doivent trouver une limite, le progrès serait fini. Cette conception assimile le progrès à la quantité de savoir accumulée par l'humanité. Mais ne peut-on envisager une manière d'interaction entre le progrès technique en soi et la...

1 page - 1,80 €

Le progrès pour quoi faire ?

Dans l'Antiquité, l'âge d'or était révolu; le judaïsme fait espérer à l'homme la venue future d'un messie et, en attendant, l'engage à réaliser sa propre nature en se distinguant de l'animal. Ainsi, d'emblée, le concept de progrès se trouve lié avec l'identité de l'homme, l'idée qu'il doit se forger une consistance, conquérir sa nature humaine contre son animalité. De...

1 page - 1,80 €

Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. Blaise Pascal

? Dans le livre inachevé dont les brouillons allaient constituer les Pensées, Pascal (1623-1662) tend à rabaisser l'homme pour mieux faire ressortir la puissance de Dieu. Cette phrase se situe dans un fragment (numéro 230 dans l'édition Chevalier en Pléiade) où, dans cet esprit, il veut faire comprendre que l'homme est incapable de savoir en quoi réside exactement...

2 pages - 1,80 €

Peut-il exister Une juste violence ?

L'intitulé du sujet constitue une alliance de mots car la violence se définit comme une manifestation de la force - donc a priori incompatible avec l'idée de justice. La violence se manifeste dans un rapport d'inégalité. Il s'agira, en fait, de se demander si la violence est, par nature, abusive. I. Les droits de l'homme et la violence Peut-on distinguer...

2 pages - 1,80 €

Qui est «cannibale» ?

Erreur à éviter: Prendre le terme de « cannibale » à la lettre alors qu'il fait référence à un chapitre très connu des Essais de Montaigne. L'auteur dénonce, en effet, dans « Des cannibales », l'ethnocentrisme de ses contemporains, qui, découvrant l'Amérique du Nord, jugent les Indiens sauvages car ces derniers n'ont pas la même culture que la leur....

2 pages - 1,80 €

La passion, «une promesse de satiété et d'oubli» ?

1. La question : le sujet reprend une formule de Stendhal pour qui la beauté est une promesse de bonheur; ici, c'est la passion qui contient le principe de sa propre ruine. 2. Le problème : le présupposé de l'énoncé : l'amour-passion, fatal, ne saurait trouver d'autre issue que dans sa propre dissolution. Il se vide de sa substance,...

3 pages - 1,80 €

L'intérêt mal entendu n'est-il pas la cause la plus fréquente des actions contraires au bien général ? (Condorcet)

Condorcet met en question le lien qui, dans une société, se noue entre l'intérêt général et l'intérêt particulier. Autrement dit, il aborde une grande question du XVIIIe siècle, un moment où il semble possible de légitimer en toute morale le pouvoir politique. Montesquieu et Rousseau, eux, supposent à l'homme un sens moral inné qui l'incite à privilégier l'intérêt...

2 pages - 1,80 €

L'écologie a-t-elle un avenir ?

En tant que parti politique, le mouvement écologique semble manquer de souffle. En revanche, plus de cinq mille associations mènent, à présent, des actions sur le terrain : si les grands projets ne sont que rarement remis en cause, bien des programmes de moindre envergure doivent être réexaminés. Ainsi, les écologistes ont obtenu gain de cause contre l'implantation,...

2 pages - 1,80 €

Faut-il manger pour vivre ou vivre pour manger ?

Erreur à éviter Prendre le sujet au premier degré, la référence à Molière suggère une réflexion plus large sur l'avarice et la générosité ; au croisement des deux : l'interrogation sur la société de consommation. CORRIGÉ Inspirée par le discours d'Harpagon, l'avare par définition, cette parodie de Molière pose le problème de la société de consommation. Dans les années 70, la...

1 page - 1,80 €

Le travail est-il une perte de temps ?

Une fable de La Fontaine, intitulée "Le laboureur et ses enfants" propose deux visions du travail. A la mort du laboureur, ce dernier avait révélé à ses enfants qu'un trésor été caché dans les parcelles mais il était nécessaire de labourer la terre pour le trouver. cette révélation n'était qu'un motif pour les motiver. le premier aspect révèle que le...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ABRÉACTION (abreaction)

DÉCHARGE de l'Émotion qui s'attache à un vécu antérieurement refoulé. Dans les débuts de la psychanalyse, l'abréaction était considérée comme thérapeutique en soi, que le patient comprenne ou non la signification du refoulé. ...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ABSTINENCE (abstinence)

L'une des règles de la technique psychanalytique est la règle dite d'abstinence, bien que l'on ne voie pas très clairement de quoi le patient doit s'abstenir. La phrase de Freud (1915) « Il faut mener le traitement dans l'abstinence » se rapporte spécifiquement au fait que la « technique nécessite que le médecin refuse de donner satisfaction à...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ACCOMPLISSEMENT DE DÉSIR (wish-fulfihnent)

La théorie des RÊVES de Freud est une théorie d'accomplissement de désir (Freud, 1900-1902), c'est-à-dire que pour lui le rêve représente un désir comme s'il était réalisé. « Une pensée exprimée au mode optatif a été remplacée par une représentation au présent. » D'après cette théorie, (a) les rêves ont une SIGNIFICATION psychologique, hypothèse qui était révolutionnaire en...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ACTE MANQUÉ (parapraxis)

Action où il y a un vice dû à l'interférence de quelque désir, conflit ou chaîne d'idée inconscients. Lapsus linguae et lapsus calami sont des actes manqués classiques. Voir Freud : Psychopathologie de la vie quotidienne (1901) où il utilise les actes manqués pour démontrer l'existence de processus mentaux inconscients chez l'homme normal. ...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ACTIF ET PASSIF (active and passive)

Freud a largement utilisé l'idée qu'il existe une polarité entre activité et passivité, la MASCULINITÉ, l'AGRESSIVITÉ, le SADISME et le VOYEURISME étant actifs et la FÉMINITÉ, la SOUMISSION, le MASOCHISME et l'EXHIBITIONNISME étant passifs. En conséquence, on est enclin, dans la THÉORIE CLASSIQUE, à établir une équation entre actif et masculin, passif et féminin, et à définir la...

1 page - 1,80 €

PSYCHANALYSE: ACTING OUT

On dit qu'il y a acting out si le patient se livre à une activité qu'on peut interpréter comme un substitut de la remémoration d'événements passés. L'essence du concept réside dans le remplacement de la pensée par l'action et cela implique ou bien (a) que l'impulsion qui est mise en acte n'a jamais acquis une représentation verbale ou...

1 page - 1,80 €

1 2 3 4 5 6 ... 1324 1325 1326 1327 1328 1329 1330 1331 1332 1333 1334 1335 1336 1337 1338 1339 1340 1341 1342 1343 1344 1345 1346 1347 1348 1349 1350 1351 1352 1353 1354 1355 1356 1357 1358 1359 1360 1361 1362 1363 1364 1365 1366 1367 1368 1369 1370 1371 1372 1373 1374 1375 1376 1377 1378 1379 1380 1381 1382 1383 1384 1385 1386 1387 1388 1389 1390 1391 1392 1393 1394 1395 1396 1397 1398 1399 1400 1401 1402 1403 1404 1405 1406 1407 1408 1409 1410 1411 1412 1413 1414 1415 1416 1417 1418 1419 1420 1421 1422 1423