Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Droit
Accueil Corrigés Info Contact RSS

Toutes les dissertations

La technique jette-t-elle un voile sur la réalité ?

On peut ainsi se demander si la division technique du travail ne court pas le risque, à terme, d'instrumentaliser le travailleur, de l'assimiler à un simple outil, réduit à l'application mécanique d'une fonction définie au préalable. La division du travail n'est-elle pas, comme le suggère Marx, une division du travailleur lui-même dans la mesure où elle fait exister...

3 pages - 1,80 €

L'artiste nous montre-t-il la réalité ?

La plupart des oeuvres d'art dégagent une certaine vision du monde, propre à l'artiste qui lui donne tout son style, sa marque. Aussi, tout artiste cherche à s'exprimer car il pense que sa vision des choses est différente, et qu'elle peut apporter une nouvelle perception du monde, une nouvelle conception de la réalité. Ou a-t-il simplement pour but...

3 pages - 1,80 €

La technique peut-elle être belle ?

Il s'agit tout d'abord de savoir ce qu'il faut entendre par objet technique. Est-ce simplement un tournevis, une voiture, un écran de télévision, une machine-outil ? L'objet technique est la plupart du temps assimilé à un objet purement utilitaire dont la seule visée serait d'être un outil, un instrument à destination précise voire spécialisée et reproduit en grand nombre....

3 pages - 1,80 €

Faut-il accepter toutes les opinions ?

I° On peut accepter toutes les opinions car elles sont source de savoir et justifient la liberté de penser et d'expression A- Analyse définitionnelle du sujet Par l'étude précise de l'ensemble des mots de l'intitulé du sujet, on peut trouver un début de solution à la question « faut-il accepter toutes les opinions ? ». Le mot qui demeure le...

4 pages - 1,80 €

Liberté et sécurité

La sécurité, absence d'atteinte à ses intérêts notamment physiques et matériels, et la liberté semblent être chez l'homme deux biens constituant le bonheur, et à ce titre, l'homme a tendance à les rechercher à leur niveau maximal. Mais une première conception rapide de la liberté peut faire penser qu'elle compromet la sécurité. En effet la liberté conçue comme degré...

5 pages - 1,80 €

Discours de la servitude volontaire d'Etienne de La Boétie.

Pour La Boétie, il ne peut exister de tyrannie sans accord du peuple. Ce qui explique que la servitude soit toujours volontaire. En effet la tyran est seul face à une multitude et rien n'empêche à cette multitude de se soulever pour se libérer. Alors pourquoi les hommes acceptent ils de se soumettre ?   Une des réponses à cette question...

2 pages - 1,80 €

À quoi reconnaît-on une existence libre ?

Liberté... Ce terme est difficilement envisageable sous un seul aspect, tant ses sens sont multiples, et ses facettes, nombreuses. Spinoza, Rousseau, Engels et Sartre sont autant de Philosophes illustres en désaccord quant à la définition de ce mot. Au sens premier, la liberté est l'état de la personne qui n'est pas en état d'esclavage, de servitude, etc. Cette...

5 pages - 1,80 €

Punir l'injustice commise vise-t-il a rendre les hommes plus juste ?

La punition consiste à infliger une sanction à toute personne révélant de cette autorité et ayant enfreint les règlements établi. L'injustice de son cote peut se définir comme un acte immérité, comme étant contraire a la justice qui est la vertu. Punir l'injustice commise vise-t-il a rendre les hommes plus juste'.Dans un premier temps nous verrons que punir...

1 page - 1,80 €

La famille et l'école

Les structures de la famille et de l'école se rejoignent dans l'esprit des examinateurs en ce qu'elles mettent toutes deux enfants et adolescents en présence d'institutions - aussi anciennes que l'homme socialisé lui-même - qui détiennent autorité et savoir, qui dispensent éducation et instruction. Aussi est-ce bien dans ce sens que la cinquantaine de sujets posés depuis 1976...

6 pages - 1,80 €

Qu'entend-on par les formes inférieures de l'imagination? Quelles en sont les lois ? (Plan)

I. - A l'imagination réglée du savant, de l'artiste, de l'inventeur pratique s'opposent les formes inférieures de l'imagination qu'on appelle la rêverie, le rêve, le somnambulisme, l'hypnose, le délire et la folie. II. - La rêverie est une sorte de spectacle que nous nous donnons à nous-même ; nous oublions le présent pour vivre d'une vie imaginaire ; les...

1 page - 1,80 €

Distinguer le rêve et la veille (PLAN)

I. - « Nul ne sait S'il dort ou s'il veille. » Cet argument des sceptiques est assez faible, car la distinction de la réalité et du rêve est facile et spontanée. II. - Descartes a cru trouver un critérium décisif pour distinguer le rêve de la veille : C'est que dans le rêve les idées ne sont pas...

1 page - 1,80 €

Ribot a écrit : « L'attention, sous ses deux formes, est un état exceptionnel, anormal, en contradiction avec la condition fondamentale de la vie de l'esprit qui est le changement ». Expliquer et discuter cette idée.

Si l'attention paraît à Ribot un état exceptionnel, anormal, c'est qu'elle semble en contradiction avec la loi fondamentale de la vie psychologique qui est la succession ou le changement. Suivant le mot de W. James, la conscience est un « courant » ; elle change constamment, se transforme, évolue, ne repasse jamais par le même état. La loi de...

2 pages - 1,80 €

Peut-on penser sans image ? L'image est-elle toute l'idée ?

Le problème de la généralisation soulève la question des rapports de l'idée et de l'image. Les empiriques à ce propos ont fait une remarque qui ne manque pas d'une certaine justesse, c'est qu'on ne pense pas sans image. Avant Berkeley et Hume, Bossuet l'avait déjà reconnu. « L'entendement ne se forme point l'idée du triangle ou du cercle...

2 pages - 1,80 €

L'abstraction et son rôle dans la connaissance et dans la science (PLAN)

I. - L'abstraction intervient dans l'exercice de nos opérations intellectuelles les plus élémentaires. 1° il y a de l'abstraction dans l'exercice de nos, sens ; chacun d'eux isole telle ou telle propriété des corps. 2° La conscience réfléchie sépare et distingue les différentes opérations mentales. 3° La raison semble n'être que le pouvoir de dégager des données de l'expérience les notions...

1 page - 1,80 €

Rapports du langage et de la pensée.

I. - On a soutenu que c'est le langage qui crée la pensée. Cette thèse est inadmissible. Le langage étant l'expression de la pensée, la pensée préexiste donc au langage. II. - Nous en avons une preuve, quand nous cherchons un mot, c'est-à-dire quand la pensée s'efforce de trouver l'expression juste et précise. III. - Nous sentons bien aussi que...

1 page - 1,80 €

Rôle du langage dans la formation des idées abstraites et générales

Le langage joue un rôle important dans la formation des idées générales et abstraites. I. - C'est des sensations et des images que l'esprit tire par une élaboration originale les idées ou les concepts. Cette transformation du sensible en intelligible, du particulier en universel, serait une oeuvre sinon impossible, du moins toujours à refaire, si le langage ne venait...

1 page - 1,80 €

Les causes du rire

Comme le dit Bergson, au début de l'étude si ingénieuse et si pénétrante qu'il a consacrée au rire, « les plus grands penseurs, depuis Aristote, se sont attaqués à ce petit problème, qui toujours se dérobe sous l'effort, glisse, s'échappe, se redresse, impertinent défi jeté à la spéculation philosophique ». On trouve des études, des théories ou des remarques...

2 pages - 1,80 €

Quels sont les facteurs psychologiques de la croyance ?

Le mot croyance est entendu dans des sens assez différents. Au sens large du mot (celui que nous devons adopter ici), il signifie l'adhésion ou l'assentiment à une idée, la conviction ou la persuasion qu'elle est vraie. Le mot croyance est pris quelquefois dans un sens plus restreint. C'est l'assentiment de l'esprit à des affirmations qui n'apparaissent pas...

2 pages - 1,80 €

Le raisonnement est-il une forme de l'association des idées ?

L'école anglaise a fait de l'association des idées la loi générale de la vie psychologique. Pour cette école, le seul fait de conscience primitif, irréductible, est la sensation. Les sensations ou images combinées diversement selon les lois de l'association donnent naissance aux opérations les plus complexes et les plus élevées de l'intelligence. « Ce que la loi de...

2 pages - 1,80 €

Commenter et discuter cette définition de Wundt : « L'esprit est une chose qui raisonne »

I. - L'esprit, a dit Wundt, est une chose qui raisonne. On sait ce que c'est que raisonner : c'est s'appuyer sur une vérité pour établir une autre vérité, c'est montrer que certaines choses sont vraies à cause de certaines autres. Aussi a-t-on pu définir cette opération intellectuelle : l'aperception médiate d'un rapport. ...

1 page - 1,80 €

Commenter ces vers de Molière : Raisonner est l'emploi de toute ma maison, Et le raisonnement en bannit la raison.

I. - Molière a bien vu que le raisonnement est autre chose que la raison. La raison perçoit les rapports de deux manières : 1) par intuition ; 2) discursivement, c'est-à-dire par la voie laborieuse du raisonnement. II. - A cause de sa complication (liaison de termes éloignés au moyen de termes intermédiaires), le raisonnement est sujet...

1 page - 1,80 €

Qu'entend-on par raison ? Cherchez ce qui peut faire l'unité des différents sens qui sont donnés généralement à ce mot ?

I. - Le mot raison peut être entendu en différents sens, dont voici les principaux : 1° Au sens le plus large du mot, la raison, c'est le bon sens, ou faculté de distinguer le vrai du faux ; c'est « la chose du monde la mieux partagée », dit Descartes ; et en effet la raison est ce...

1 page - 1,80 €

Descartes a-t-il eu raison de dire que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ?

Deux acceptions du mot bon sens : I. - Un homme de bon sens est un esprit droit, bien équilibré, qui juge sainement et qui a une certaine intelligence pratique. Ce n'est pas de ce bon sens-là qu'il est question dans la pensée de Descartes. II. - Le bon sens pour Descartes est la faculté de discerner le vrai d'avec...

1 page - 1,80 €

Définition d'Aristote ; Rien n'est en vain. Ou encore tout être a une fin.

Accepter cette définition, c'est reconnaître le principe de finalité comme un principe d'explication universelle, c'est admettre la Providence et aboutir logiquement à l'optimisme. C'est toute une conception métaphysique. Définition plus restreinte : Il y a de la finalité dans le monde. C'est-à-dire il y a des groupements de phénomènes qui semblent dominés par une idée directrice. ...

1 page - 1,80 €

Comparer l'instinct el le réflexe.

I. - Le réflexe est une réaction motrice invariable répondant à une excitation précise. Ex. : la toux, le clignement des yeux quand un objet vient à les menacer, l'éternuement, etc. L'instinct est, d'après la définition de Claparède, un acte adapté, accompli sans avoir été appris, d'une façon uniforme, par tous les individus d'une même espèce, sans connaissance du...

1 page - 1,80 €

1 2 3 4 5 6 ... 1324 1325 1326 1327 1328 1329 1330 1331 1332 1333 1334 1335 1336 1337 1338 1339 1340 1341 1342 1343 1344 1345 1346 1347 1348 1349 1350 1351 1352 1353 1354 1355 1356 1357 1358 1359 1360 1361 1362 1363 1364 1365 1366 1367 1368 1369 1370 1371 1372 1373 1374 1375 1376 1377 1378 1379 1380 1381 1382 1383 1384 1385 1386 1387 1388 1389 1390 1391 1392 1393 1394 1395 1396 1397 1398 1399 1400 1401 1402 1403 1404 1405 1406 1407 1408 1409 1410 1411 1412 1413 1414 1415 1416 1417 1418 1419 1420 1421 1422 1423